Cadeaux homemade pour Noël

Deux articles de Noël à suivre ? Non, ce blog n’est pas en train de se spécialiser dans les cadeaux homemade, il s’est « juste » passé un an presque jour pour jour depuis le dernier article… Loin de moi l’idée d’abandonner cet espace, j’aime trop écrire pour lorgner vers IG. Une succession de photos filtrées sans plus d’informations, bof.

Pendant ce temps là…

L’année qui s’est écoulée était simplement trop chargée pour laisser une place à la couture, temporellement, émotionnellement, mais aussi physiquement, car mon coin couture a été longtemps englouti dans un labyrinthe de cartons ! Cela en valait la peine : j’ai enfin un poste fixe et, accessoirement, un nouveau chez moi, avec une pièce couture (hiiiiiiiii). J’ai pris le temps de l’aménager et je vous monterai dans un futur post comment j’ai réussi à caser mon foutoir mes tissus chéris dans un espace qui reste assez petit. J’ai déjà donné des pistes pour organiser sa tissuthèque dans un article sur Thread and Neddles. Car oui, dans la série des changements, suite à un appel à candidature, je fais maintenant partie de la rédaction de mon site préféré <3.

En attendant, avant que la machine reprenne réellement du service pour les cadeaux de Noël, j’ai occupé mes dix doigts au chômage technique avec des projets « portables » entre deux tranchées de cartons : du tricot urbain avec une collègue, des bijoux et de la broderie entrecoupé de projet pour le boulot.
 

Noël de la housse

Après cette bien maigre tentative de rattrapage des mois écoulés, abordons enfin le vif du sujet : les cadeaux fait maison pour Noël. J’avais déjà cousu des sacs à tartes, des sakaslips les fois précédentes, alors cette année, il fallait innover. J’essaie de choisir des objets utiles qui, si on me les offraient, ne resteraient pas dans un coin. Je pioche donc dans ce que j’épingle toute l’année sur mes tableaux Pinterest et que j’aimerais coudre pour moi aussi.

Ce fut donc l’année de la housse. Housse pour protéger la selle de vélo de M. Mousse de la pluie, et housse pour mettre les téléphones en charge sur des prises hautes pour mes Tata, le tout avec un défi particulier : utiliser des (belles) chutes.

Pour la housse de selle, il existe des patrons (Burda 03.2014 pour enfant) et pleins de tutos comme celui du poisson bricoleur, mais vu la forme particulière j’ai un plutôt suivi mon instinct.
Je me suis contentée de relever le contour de la selle sur du papier (non sans mal avec Monsieur dans les parages), en ne gardant qu’une moitié pour que ce soit bien symétrique. Puis je l’ai reporté sur mon tissu plié en deux en ajoutant une marge de 0,5 cm (pas besoin de surjeter avec ce tissu).

Ensuite j’ai mesuré le contour et coupé une bande de la même longueur (il  y a des raccord par manque de tissu) sur une hauteur de 5 cm + 2 cm pour coudre le rentré où passera le cordon (c’est un peu juste, il ne faut pas moins!). Vient l’étape d’assemblage de la bande avec le dessus de la selle. La photo montre ce qu’il ne faut pas faire : commencer par la pointe, le plus dur puisqu’il faut négocier un virage assez serré sur du plastique qui ne veut rien entendre. Mieux vaut débuter sur une ligne droite.
Au passage, coudre ces housses m’aura permis de tester pour la première fois ma pince Prym Love pour poser des pressions en résine. Heureusement que certaines couturières comme Laisse Luciefer ou Viny Diy (video) ont fait un tuto pour expliquer l’utilisation, car il ne faut pas compter sur le mode d’emploi pour vous démystifier l’engin. Mais en fait, une fois que l’on a repéré quel jeu de pièce sert à poser les pression (l’autre sert à percer), c’est plutôt simple :

Enfin, il restait à passer le cordon dans la coulisse à l’aide d’une épingle à nourrice et à mettre un arrête cordon. Et voilà !

Pour les housses de portables, j’ai vraiment galéré avec le simili cuir et la toile enduite : la machine ne voulait rien savoir… Je ne suis vraiment pas fière de mes finitions, car j’ai dû « forcer », mais le comble de la honte, c’est que je les ai faites trop petites! Et oui, il faut dire que je ne suis pas vraiment à la page : mon propre téléphone a 9 ans. Chez moi, tant que ça fonctionne, on garde (autant vous dire que les conseils pour une démarche zéro déchets me font sourire)! Pourtant, j’ai vérifié les dimensions standard d’un smartphone, mais ça n’était pas suffisant. Bref, voilà ce que cela donne en images (Les photos, prises de nuit, ne sont pas extra, clandestinité oblige).

Il faut d’abord coudre une languette en assemblant 2 longs rectangles endroit contre endroit et en laissant un petit côté ouvert pour la retourner. On l’insère entre 2 rectangles de tissus qui formeront l’extérieur de la pochette (1). On coud endroit contre endroit le tissu intérieur et extérieur, puis on retourne (2). Ça s’est gâté pour moi à la photo 3 quand il a fallu coudre sur le simili cuir pour former le fond de la pochette, même avec du scotch sous le pied. Ça a étiré la matière qui restait coincée, du coup ma piqûre n’est pas formidable…

Pour finir, on utilise un anneau de rideau (4 et 5) dans lequel on passera a prise du chargeur qui maintiendra la pochette et le téléphone en hauteur, et enfin, on pose un bouton pression pour fermer la languette (6).
Le résultat final ne montre pas la pochette en action, mais on trouve moult exemples sur la toile, comme chez Celimanu, que je n’ai évidemment suivi, sans quoi les téléphones rentreraient… Par conséquent je ne donne pas de dimensions, pour les éventuels intéressés, vu que je me suis plantée…

2018, l’année du slip :

C’est le risque des surprises cousues : si on ne peut pas vérifier les dimensions en douce, on s’expose à des erreurs… Ou des quiproquos, c’est pourquoi j’ai trouvé plus sage d’offrir son slip à M. Mousse sous forme de kit prêt à coudre que d’attendre qu’il s’endorme pour le mesurer sous la couette 😀
C’était une demande de longue date de M. Mousse : des slip en coton bio, parce qu’il lui faut le meilleur pour son précieux. J’ai trouvé les fournitures chez Ecolaines, l’élastique est tout doux, et le jersey bio de la marque Elvelyckan fait très slip justement.
Les patrons de slips pour homme n’étant pas légion sur le web, j’ai choisi le pack lingerie homme d’Etoffe Malicieuse qui comporte le patron BIP le slip. Je ferai également un post sur ce sujet car j’aimerais tester deux autres modèles, JEF, patron de slip gratuit chez M. est une trainée (si j’arrive à le télécharger un jour) et un clone de slip sacrifié.

Sous le sapin…

Moi non plus je n’ai pas été oubliée par le Père Noël, bien que je n’ai pas de sapin (ça perturbe tout le monde). Ce sera bientôt chose faite avec le kit offert par ma Tata. M. Mousse m’offre un clone en mousse à coudre grâce au patron de mannequin chez Bootstrafashion pour ne plus m’entendre râler pendant les ajustements (une petite merveille qui vaut bien un article à lui tout seul). Enfin Père et Mère Noël vont révolutionner sans le savoir la vie de ce modeste blog puisque j’ai un nouvel appareil photo. Merci à tous!

Il me reste à vous souhaiter une bonne année de couture!

Publicités

2 réflexions sur “Cadeaux homemade pour Noël

  1. Bravo pour tous ces changements et beau début d’année! Je me réjouis de l’analyse détaillée des slips pour homme (j’ai commencé l’analyse de mon côté, il faut juste que j’aie le courage de la continuer) et des explications concernant le mannequin!

  2. Alors ca !! Trouver un patron de slip pour l’homo sapiens qui vit avec toi …c’est inattendu ‘..BRAVO ..👍🏻😝😻….
    Hâte de lire la suite 😘

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s